L’activiste saoudienne Salma al-Shehab condamnée à 34 ans de prison pour un tweet

Espace réservé lorsque les actions d’article sont chargées

BEYROUTH – L’Arabie saoudite a condamné la semaine dernière une femme à 34 ans de prison pour son activité sur Twitter, marquant la peine la plus longue en Arabie saoudite. Un militant pacifique et de déclencher une nouvelle vague de peur parmi les opposants au gouvernement, a déclaré le groupe des trois droits.

La femme, Salma al-Shehab, a été arrêtée en janvier 2021 en Arabie saoudite, où elle était en vacances, quelques jours avant que la ressortissante saoudienne et mère de deux enfants ne rentre chez elle en Grande-Bretagne, selon des groupes de défense des droits. Selon des documents judiciaires, les accusations auxquelles l’homme de 33 ans fait face tournent toutes autour de son activité sur Twitter.

Shehab a été active sur la plate-forme de médias sociaux lors de campagnes appelant à l’abolition du système de tutelle du pays, qui donne aux hommes un contrôle légal sur certains aspects de la vie des parentes. Il avait appelé à la libération des prisonniers d’opinion saoudiens.

Malgré les promesses, le nombre d’exécutions en Arabie saoudite a déjà doublé par rapport à l’année dernière

Selon les archives judiciaires obtenues par le Washington Post, Shehab est accusé d’avoir utilisé le site Web de médias sociaux pour « perturber l’ordre public, porter atteinte à la sécurité de la société et à la stabilité de l’État et soutenir les personnes impliquées dans des activités criminelles en vertu de la loi antiterroriste ». . Son financement.

Les documents indiquent qu’il a soutenu ces personnes en « suivant leurs comptes sur les réseaux sociaux et en retweetant leurs tweets » et qu’il a répandu de fausses rumeurs. Après avoir fait appel de la peine initiale, les documents indiquent que sa peine de prison était trop courte « compte tenu de ses crimes » et que sa peine précédente n’avait pas réussi à « contrôler et dissuader ».

READ  Score éclair contre l'Avalanche Finale de la Coupe Stanley Match 5: Tampa 3-2, le vainqueur du match Ballad Alive After

En plus de sa peine de 34 ans de prison et de 34 ans d’interdiction de voyager, qui commenceront après sa peine de prison, le tribunal a également confisqué son téléphone portable et a décidé que son compte Twitter serait « définitivement fermé ».

Les accusations sont familières : semer la sédition et déstabiliser l’État sont des accusations souvent utilisées contre les militants du royaume qui dénoncent le statu quo. L’Arabie saoudite utilise depuis longtemps les lois antiterroristes contre ses citoyens.

Fin 2021, un jugement préjudiciel contre Shehab l’a condamnée à six ans de prison. Cependant, lorsqu’il a fait appel, la peine a été portée à 34 – la peine la plus longue du pays contre un militant pacifique, selon plusieurs groupes de défense des droits humains.

Des groupes de défense des droits ont mis en garde à plusieurs reprises contre l’utilisation récente par le gouvernement de la loi antiterroriste. En avril, Human Rights Watch « Des lois comme la loi antiterroriste notoirement imparfaite et la loi anti-cybercriminalité comprennent des dispositions vagues et trop larges qui sont largement mal interprétées et utilisées à mauvais escient. » Les jugements sont souvent caractérisés par des peines incohérentes et sévères.

Au moins un groupe de défense des droits essaie de s’assurer que son compte n’est pas fermé, car la sanction inclurait la fermeture de son compte Twitter, a déclaré Lina al-Hadlol, responsable de la surveillance et des communications au groupe de défense des droits saoudien ALQST basé à Londres. .

« Maintenant, nous travaillons avec Twitter pour le fermer ou au moins leur faire savoir que si nous leur demandons de le fermer, cela vient du gouvernement saoudien et non d’elle », a-t-il déclaré. Twitter n’a pas répondu à la demande de commentaire de The Post.

READ  Actualités sur la guerre russo-ukrainienne : mises à jour en direct

Dans sa déclaration de mardi, l’Organisation européenne saoudienne des droits de l’homme, qui surveille les personnes arrêtées dans le royaume, a déclaré que la décision de condamner Shehab en vertu de la loi antiterroriste « confirme que l’Arabie saoudite traite ceux qui appellent à des réformes et ceux qui critiquent sur les réseaux sociaux comme des terroristes. »

Le groupe a déclaré que la décision créait un dangereux précédent et que les efforts largement salués de l’Arabie saoudite pour moderniser le royaume et améliorer les droits des femmes « ne sont pas sérieux et ne se sont pas transformés en campagnes de blanchiment pour améliorer son bilan en matière de droits humains ».

Les dissidents saoudiens qualifient le voyage prévu de Biden dans le royaume de trahison

Avant son arrestation, Shehab était chargé de cours à l’Université Princess Noora de Riyad, la capitale saoudienne, et doctorant à l’Université de Leeds en Grande-Bretagne. Là, il a mené des recherches exploratoires sur les nouvelles techniques de médecine bucco-dentaire et leurs applications en Arabie saoudite, a déclaré un collègue qui a travaillé avec lui à Leeds.

La personne, qui a parlé sous couvert d’anonymat en raison de la sensibilité de l’affaire, a décrit Shehab comme un collègue « merveilleux » et « généreux » – « quelqu’un qui apporte toujours des friandises ».

Il n’a jamais parlé publiquement de politique, a ajouté le collègue, parlant souvent de ses enfants et montrant des photos d’eux à des amis et collègues. Elle « manque tellement à sa famille ».

Shehab est retourné en Arabie saoudite fin 2019 et n’est jamais retourné à l’école en Grande-Bretagne. Au début, cela n’effrayait personne, étant donné la longue période de verrouillage des coronavirus qui a commencé au Royaume-Uni en mars 2020. Mais finalement, a déclaré son collègue, les gens ont demandé: « Quelqu’un a-t-il entendu parler de Salma? »

READ  Le télescope web a été heurté par un micromètre mais sans dommage majeur

« Ça a été un choc pour nous tous parce qu’on s’est dit : ‘Comment quelqu’un comme elle peut-il être arrêté ?’ « , a déclaré la personne. L’Université de Leeds n’a pas répondu à la demande de commentaire de The Post.

Lorsqu’on lui a demandé s’il surveillait le cas de Shehab ou s’il s’efforçait d’obtenir sa libération, le ministère britannique des Affaires étrangères a déclaré au Post par e-mail : « Les ministres et les hauts fonctionnaires ont à plusieurs reprises fait part de leurs inquiétudes aux autorités saoudiennes concernant la détention des défenseurs des droits des femmes. À suivre. »

Les exilés saoudiens craignent d’être en danger après la disparition d’un dissident au Canada

Shehab appartient à une secte chiite minoritaire de l’islam – considérée comme hérétique par de nombreux musulmans sunnites extrémistes et dont les adeptes en Arabie saoudite sont souvent considérés avec suspicion par les autorités sunnites.

L’Arabie saoudite est souvent critiquée pour son traitement de la minorité chiite. Plus tôt cette année, Human Rights Watch, basé à New York, a déclaré dans son rapport annuel Signaler Human Rights a déclaré qu’il « discrimine systématiquement les minorités religieuses musulmanes », y compris les chiites.

La dernière activité Twitter de Shehab remonte au 13 janvier 2021, deux jours avant son arrestation, lorsqu’il a retweeté une chanson arabe classique sur le manque de compagnie d’un être cher.

Sur sa page Twitter active, il y a un tweet suivi d’une prière demandant à Dieu de lui pardonner s’il a déjà transgressé sans le savoir un homme, de rejeter l’injustice et d’aider ceux qui y sont confrontés.

« Liberté pour les prisonniers d’opinion et toutes les personnes opprimées dans le monde », conclut le tweet.

Timsit a rapporté de France.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.