Les prix du pétrole ont chuté mardi alors que les problèmes d’approvisionnement revenaient

Des réservoirs de stockage de pétrole brut sont vus d’en haut au Cushing Oil Center à Cushing, Oklahoma, le 24 mars 2016. REUTERS/Nick Oxford/photo d’archives

Inscrivez-vous maintenant pour un accès gratuit et illimité à Reuters.com

  • Les craintes de récession continuent de limiter les hausses de prix
  • La Chine signale de nouveaux cas de COVID à travers le pays
  • Le dollar au plus haut depuis 20 ans face à l’euro
  • Le Kazakhstan discute de mesures pour surmonter les restrictions à l’exportation

LONDRES, 6 juillet (Reuters) – Les prix du pétrole ont augmenté mercredi, récupérant une partie des fortes pertes de mardi, les inquiétudes concernant l’approvisionnement revenant au premier plan et l’emportant sur les inquiétudes persistantes concernant un ralentissement mondial.

Le brut Brent était en hausse de 1,62 $, soit 1,58%, à 104,39 $ le baril à 08h39 GMT.

Le brut américain West Texas Intermediate (WTI) a augmenté de 1,04 $, ou 1,05 %, à 100,54 $ après avoir clôturé en dessous de 100 $ lors de la session précédente pour la première fois depuis fin avril.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès gratuit et illimité à Reuters.com

Les deux contrats ont affiché mardi leurs plus fortes baisses quotidiennes depuis mars, les craintes de récession et d’autres pressions baissières ayant limité la hausse des prix de mercredi. Lire la suite

Les prix du pétrole ont chuté depuis la résurgence du dollar à des sommets de 20 ans contre l’euro et de plusieurs mois contre d’autres grands pairs.

Un billet vert fort rend généralement le pétrole plus cher dans d’autres devises, ce qui peut freiner la demande.

READ  Tiger Woods rencontrera les meilleurs golfeurs pour empêcher le retrait de la série LIV | Série de golf LIV

Les inquiétudes renouvelées concernant les blocages du COVID-19 dans toute la Chine pourraient limiter les gains du prix du pétrole. Lire la suite

Le gouvernement norvégien a mis fin mardi à une grève dans le secteur pétrolier qui avait réduit la production de pétrole et de gaz, mettant fin à une impasse qui pourrait aggraver la crise énergétique en Europe. Lire la suite

Mais malgré la baisse de mardi, les analystes s’attendent à un rebond rapide des prix du pétrole alors que le resserrement de l’offre persiste et que les écarts du premier mois persistent.

La configuration du marché sur six mois du Brent était fortement sous-performante à 15,12 $ le baril, soit seulement 70 cents de plus que la veille. Un arriéré est lorsque les contrats d’approvisionnement en pétrole sont plus élevés que dans les mois suivants.

« L’évolution des prix du jour au lendemain, les deux contrats se négociant dans une fourchette de près de quinze dollars, indique une panique et une liquidation forcée, plutôt qu’un changement structurel dans un environnement offre-demande serré à l’échelle mondiale », a déclaré Geoffrey Halley, analyste de marché senior chez OANDA. Les prix du pétrole risquent de connaître la pire chute possible.

Pendant ce temps, le Kazakhstan a déclaré mercredi qu’il envisageait des mesures pour faire face à l’impact des restrictions sur les exportations de pétrole via le Caspian Pipeline Consortium (CBC), qui envoie du pétrole brut kazakh via la Russie vers la mer Noire. Lire la suite

CPC, qui gère environ 1% du pétrole mondial, a déclaré mercredi qu’un tribunal russe avait ordonné une suspension de 30 jours des opérations, citant des problèmes liés aux marées noires. Lire la suite

Reportage supplémentaire d’Emily Chow à Kuala Lumpur, Aarti Somesekhar à Houston; Montage par Raju Gopalakrishnan

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.