L’UE divisée sur l’interdiction de visa pour les touristes russes

BREAK, 30 août (Reuters) – L’Allemagne et la France ont conjointement mis en garde contre l’interdiction des visas touristiques pour les Russes, affirmant qu’une telle décision recommandée par d’autres États membres de l’UE aurait un effet négatif.

La distribution des visas touristiques sera au centre de la réunion des ministres des affaires étrangères à Prague mardi et mercredi. Ils débattent des mesures supplémentaires qui pourraient être prises pour permettre à la Russie de poursuivre son occupation de six mois de l’Ukraine.

« Nous mettons en garde contre des restrictions de grande envergure sur notre politique des visas afin d’éviter d’alimenter le récit russe et de déclencher des effets de drapeau et/ou l’aliénation des générations futures », ont déclaré la France et l’Allemagne dans une note commune consultée par Reuters.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès gratuit et illimité à Reuters.com

Le Kremlin a déclaré que les appels à l’interdiction de visa pour les touristes russes étaient le dernier exemple de l’agenda anti-russe de l’Occident.

« Pas à pas, malheureusement, Bruxelles et les capitales européennes individuelles font preuve d’un manque total de raison », a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, lors d’une conférence téléphonique avec des journalistes.

« Ce sont des décisions très graves dirigées contre nos citoyens et de telles décisions ne peuvent certainement pas rester sans réponse », a-t-il ajouté.

« Mais en répondant, nous le ferons d’une manière qui sert au mieux nos intérêts et protège les intérêts de nos citoyens ».

Les deux principaux pays de l’UE, l’Allemagne et la France, ont fait valoir que les demandes de visa russes devraient être examinées de près pour les risques de sécurité, mais estiment que les visas devraient toujours être délivrés.

READ  Des équipes de secours enquêtent sur les montagnes disparues de l'effondrement du glacier italien

« Nous ne devons pas renoncer à soutenir les éléments pro-démocratiques dans la société russe », ont-ils déclaré. « Nos politiques de visa doivent refléter cela et continuer à permettre des contacts publics dans l’UE avec des citoyens russes qui ne sont pas affiliés au gouvernement russe.

« Premièrement, nous ne devons pas sous-estimer le pouvoir transformateur de l’expérience de la vie dans des institutions démocratiques, en particulier pour les générations futures », ont-ils ajouté.

Un message clair

D’autres, en particulier les États membres de l’Est et nordiques, ont fortement plaidé en faveur d’une interdiction.

« C’est très provocateur pour moi de voir des hommes russes sur les plages européennes du sud de l’Europe, alors que des hommes ukrainiens âgés de 18 à 60 ans ne peuvent pas quitter leur pays mais doivent se battre pour leur liberté », a déclaré le ministre danois des Affaires étrangères, Jeppe Kofod. La semaine dernière.

« Nous pensons qu’ensemble en Europe, nous pouvons limiter et couper les touristes en provenance de Russie et cela enverra un message clair au (président) Poutine. »

Un diplomate de l’UE et les ministres des affaires étrangères pourraient convenir en principe de mettre fin à l’accord de facilitation des visas avec la Russie, ce qui signifierait que les Russes seraient confrontés à une procédure plus longue et paieraient 80 euros au lieu de 35 pour les visas de l’UE, mais les divisions sur les interdictions de visas touristiques sont profondes. Tout accord y relatif.

Les Russes entrent souvent dans l’UE par les frontières terrestres de l’Estonie, de la Lettonie, de la Lituanie, de la Pologne et de la Finlande, a déclaré la semaine dernière le ministre lituanien des Affaires étrangères, Gabrielius Landsbergis. . Lire la suite

READ  Nouvelles du rapport sur les emplois de mars : annonces en direct

Pendant ce temps, les ministres de la Défense réunis à Prague se mettront d’accord sur le principe d’une décision moins controversée d’organiser des exercices d’entraînement militaires conjoints pour les troupes ukrainiennes.

Le chef de la politique étrangère de l’UE, Joseph Borrell, a déclaré qu’il espérait que les ministres donneraient le feu vert pour lancer une mission de formation militaire de l’UE pour l’Ukraine.

« De nombreux pays de l’UE offrent déjà des installations de formation aux Ukrainiens, mais je pense qu’il serait bon de veiller à ce que l’UE le fasse collectivement de manière organisée », a déclaré Simon Coveney, ministre irlandais des Affaires étrangères. À Prague.

Les Pays-Bas ont également soutenu l’idée, affirmant qu’ils menaient des exercices de déminage avec l’Allemagne.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès gratuit et illimité à Reuters.com

Reportage de Sabine Siebold, Jan Lopatka, Ingrid Melander et Bart Meijer ; Par Ingrid Melander; Montage par Alex Richardson et Ed Osmond

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.