T-Mobile enquête sur une violation de données impliquant 37 millions de comptes

20 janvier (Reuters) – T-Mobile (TMUS.O)Le troisième opérateur de téléphonie mobile américain par abonnés a déclaré jeudi qu’il enquêtait sur une violation de données impliquant 37 millions de comptes postpayés et prépayés et qu’il pourrait encourir des coûts importants liés à l’incident.

La société, qui compte plus de 110 millions d’abonnés, a déclaré le 5 janvier qu’elle avait détecté l’activité malveillante en une journée et l’avait contenue, affirmant qu’aucune donnée sensible telle que des informations financières n’avait été compromise.

Cependant, certaines données client de base – nom, adresse de facturation, e-mail et numéro de téléphone – ont été obtenues, et T-Mobile a déclaré avoir commencé à informer les clients concernés.

« Notre enquête est toujours en cours, mais l’activité malveillante semble être entièrement contenue pour le moment, et il n’y a actuellement aucune preuve qu’un acteur malveillant ait pu violer ou compromettre nos ordinateurs ou notre réseau », a déclaré la société.

La Federal Communications Commission (FCC) des États-Unis a lancé une enquête sur la violation de données du Wall Street Journal. signalé Jeudi, citant une porte-parole de la FCC.

La FCC et T-Mobile n’ont pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires de Reuters sur l’enquête rapportée.

« Bien que ces failles de cybersécurité n’aient peut-être pas été de nature systémique, la fréquence de leur occurrence chez T-Mobile est une révélation alarmante par rapport à ses pairs des télécommunications », a déclaré Neil Mack, analyste principal chez Moody’s Investors Service.

« Cela pourrait avoir un impact négatif sur le comportement des clients, semer la confusion et attirer l’attention de la FCC et d’autres régulateurs. »

READ  Dow Jones Futures: le rallye du marché dépasse le niveau clé

L’année dernière, T-Mobile a accepté de payer 350 millions de dollars et de dépenser 150 millions de dollars supplémentaires en 2021 pour améliorer la sécurité des données afin de régler un procès lié à une cyberattaque qui a compromis les informations appartenant à 76,6 millions de personnes.

Les actions de la société basée à Bellevue, dans l’État de Washington, ont chuté de 2 % dans les échanges après les heures normales de bureau.

Reportage d’Eva Mathews et Lavanya Ahire à Bangalore; Montage par Sriraj Kalluvila, Maju Samuel, Rashmi Aich et Savio D’Souza

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.